Contre-plan Climat Energie Territoire

A.  LUTTE CONTRE LA PAUVRETE

  1. Droit au logement : un logement pour tous, réquisition de logements vides pour les sans-abri
  2. Précarité énergétique: aide aux travaux de maîtrise de l’énergie en faveur des personnes défavorisées, fonds d’aide à l’énergie, réseaux d’entraide
  3. Santé pour tous : sécurité alimentaire, campagnes de prévention, lutte contre la malnutrition et la malbouffe
  4. Education pour tous : éducation populaire, aide périscolaire, éducation en vue du développement durable, participation dans les écoles, culture avec les gens
  5. Revenu inconditionnel d’existence : assurer à chacun des moyens d’existence durables, un revenu minimum pour les jeunes
  6. Participation démocratique : création d’espaces publics participatifs, écoute, respect, considération
  7. Sensibilisation à la lutte contre l’exclusion : créer un choc de solidarité, soutenir le travail associatif, les initiatives collectives et citoyennes

B.  MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION

  1. Ecoconception : contre l’obsolescence programmée, le jetable, le suremballage, le gaspillage des ressources, pour un système d’étiquetage protégeant la santé et l’environnement
  2. Agro-écologie : pratiques et techniques agricoles écologiquement viables, sécurité alimentaire, accès à la terre pour une agriculture vivrière
  3. Productions locales : artisanat, marchés paysans, commerce équitable
  4. Consommation consciente : achat public durable, renforcement du pouvoir citoyen consomm’acteur éco-responsable, consommations collectives
  5. Réduction des déchets : créer les filières, améliorer la collecte, tri sélectif dans les cuisines, compostage individuel et collectif, réutilisation, recyclage, réparation, ressourceries, distribution des invendus alimentaires
  6. Economies d’eau et d’énergie : changer les comportements, lutter contre les gaspillages, récupérer l’eau de pluie, assurer l’entretien des canalisations
  7. Campagnes civiques : communiquer sur les pratiques (spéculation sur les denrées de première nécessité, protection du droit à l’alimentation…), dénoncer, boycotter
  8. Affichages publicitaires : protection du paysage et du patrimoine, déboulonnage, interdiction de la publicité, extinction des enseignes lumineuses

C.  PREVENTION DES RISQUES

  1. Campagnes de sensibilisation : améliorer la connaissance des risques (études d’impact sur l’environnement, qualité de l’air, qualité de l’eau, qualité de vie)
  2. Principe de précaution : réduction de la pollution à la source, système d’alerte, frein à l’étalement urbain dans les zones à risques (de Montpellier à la mer)
  3. Réseaux de solidarités actives pour la protection des personnes, relayer les lanceurs d’alertes
  4. Risque inondation : prévention des crues, érosion et submersion marine (littoral bas et sableux fragile), facteurs aggravants (urbanisation, dégradation de l’environnement, suppression des zones naturelles d’expansion des crues, imperméabilisation des sols, endiguement, pratiques agricoles…)
  5. Vagues de chaleur : intensification, sécheresses, canicules, feux de forêts
  6. Substances toxiques, déchets dangereux, eaux usées : pollution, effets à longue distance, contamination des aliments, mise en place d'une toxico-vigilance
  7. Risques sociaux : creusement des inégalités, paupérisation, précarisation, relégation, ghettoïsation, racisme, discriminations, émeutes et violences urbaines

D.  UTILISATION DES SOLS

  1. Inventaire des ressources foncières : classer les terres selon le meilleur usage à en faire, identifier les zones écologiquement fragiles ou sujettes à des catastrophes naturelles
  2. Mécanismes de participation active de tous les intéressés au processus de décision en matière d'occupation et de gestion des sols
  3. Protection de la ceinture verte et agricole montpelliéraine, face à la pression foncière et à la spéculation immobilière
  4. Accès à la terre pour une production vivrière : circuits courts, sécurité alimentaire, pratiques agricoles écologiquement viables, sans OGM, ni pesticide, ni engrais chimique
  5. Régénération des terres dégradées : préservation de la fertilité des sols pour un développement agricole viable
  6. Lutte contre l’étalement urbain dans les zones à risques : protéger les populations, réduire l’impact sur l’environnement et la pression sur les ressources
  7. Protection des zones naturelles : remise en état des écosystèmes dégradés, assainissement biologique des sols et des eaux
  8. Espaces publics participatifs : créer des jardins partagés, des lieux à vivre, construire un village des associations

E.  PROTECTION DES RESSOURCES

  1. Lutter contre la dégradation et l'épuisement des ressources naturelles :mettre en place une cellule de vigilance citoyenne
  2. Informer le public sur la protection des ressources, les incidences écologiques et les répercussions sur la santé de nos activités
  3. Préserver la diversité biologique : aménager de vastes corridors écologiques, contribuer à renforcer la Convention sur la diversité biologique
  4. Protéger les ressources en eau douce et leur qualité : répondre aux besoins actuels et futurs, empêcher les dérogations au respect des normes sanitaires et environnementales
  5. Arbitrer les utilisations multiples de l'eau : donner la priorité à la satisfaction des besoins fondamentaux et à la protection des écosystèmes
  6. Lutter contre la dégradation du milieu marin par les eaux usées, les déchets, les matières plastiques, les métaux, les radionucléides, les hydrocarbures…
  7. Protéger l’atmosphère : améliorer la qualité de l’air, développer les écomobilités, préserver les puits de captage des gaz à effet de serre
  8. Développer l’agroforesterie : gestion écologiquement viable des forêts, bois matériau, bois énergie

F.  POLITIQUE VIABLE DE L'HABITAT

  1. Démographie durable : dénoncer la politique d’attractivité et de compétitivité des territoires, développer les villes moyennes pour alléger la pression sur l’Agglo, soutenir l’activité en milieu rural
  2. Cohésion sociale : dénoncer l’éco-gentrification, l’apartheid social, la relégation de quartiers défavorisés, la construction de ghettos aisés
  3. Accès au logement : égalité de traitement, droit au logement opposable, régulation du marché, lutte contre l’habitat indigne, taxe sur les logements vacants, réquisition de logements vides
  4. Logements sociaux : viser l’adéquation offre-demande, produire suffisamment de logements accessibles vraiment sociaux, encadrer les loyers
  5. Habitat participatif : solidarités intergénérationnelles, maintien à domicile des personnes âgées et des personnes en situation de handicap
  6. Concertation obligatoire dans tous les projets urbains : améliorer le cadre de vie, créer des espaces mutualisés pour les habitants, favoriser les initiatives, l’entraide

G.  POLITIQUE VIABLE DE L'ENERGIE

  1. Recherche : bilan des pôles de compétitivité (Derbi), débat sur les priorités de R&D (énergies renouvelables, gestion des déchets du nucléaire, captage et stockage du CO2…)
  2. Economies d’énergie : politique de sobriété et d’efficacité énergétique, réduction de l’éclairage public, des enseignes lumineuses, des affichages publicitaires…
  3. Sortie du nucléaire : information sur la filière du nucléaire en Languedoc-Roussillon, sur les coûts réels, financiers et écologiques, débat sur la politique énergétique, référendum
  4. Energies fossiles : résistance active à l’exploration et à l’exploitation des gaz de schiste, notamment dans le bassin d’Alès
  5. Agro-carburants : lancer un moratoire pour faire face à la montée des biocarburants au détriment de la souveraineté alimentaire
  6. Energies renouvelables : biomasse, éolien, photovoltaïque, solaire thermique, géothermie…
  7. Durabilité des concessions hydroélectriques : retour en régie publique, entretien des installations
  8. Energies marines renouvelables : énergie des courants, des marées, des vagues, du vent, énergie thermique des mers…
  9. Sensibilisation, information et formation : étiquetage énergétique des produits (prix carbone), études d’impact sur l’environnement et la santé
  10. Projets participatifs éolien/photovoltaïque/biomasse
  11. Services publics locaux de l’énergie, régie publique de production/gestion décentralisées des énergies renouvelables diversifiées

H.  POLITIQUE VIABLE DES TRANSPORTS

  1. Réduction des émissions nocives dans l'atmosphère et des autres atteintes à l'environnement et à la santé dues au secteur des transports
  2. Limitation du trafic intra-muros : favoriser le report modal, dénoncer les incitations à l’usage de la voiture, agir sur l’offre de stationnement, régie publique des parkings
  3. Déplacements doux : performance, confort et sécurité des transports publics, du vélo et de la marche à pied, dispositifs Carapatte
  4. Réseau de tramway : débat sur la densification du maillage, le prolongement des lignes, la gratuité et le droit à la mobilité pour tous
  5. Réduction du trafic routier/autoroutier : renoncement au projet de dédoublement de l’A9, étude des solutions alternatives
  6. Réduction du trafic aéroportuaire : arbitrages budgétaires
  7. Lignes Grande Vitesse : grands projets inutiles imposés de contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier, LGV Montpellier-Perpignan, gare TGV Odysseum
  8. Transport de marchandises : mer routage, ferroutage, gestion du dernier km et livraisons urbaines grâce à des véhicules propres (cargo-tram, triporteurs…)

I.  EDUCATION ET SAVOIRS

  1. Participation effective du public aux prises de décisions : remettre la science au service de l’homme et du développement durable, appliquer le principe de précaution
  2. Biotechnologies, nanotechnologies : information, éclairage sur la recherche et ses finalités, principes éthiques, débat public
  3. Impact des changements climatiques : comprendre et quantifier la menace qui pèse sur les ressources en eau douce, l’agriculture, les zones sujettes aux inondations...
  4. Politique des brevets et autres droits de propriété intellectuelle : lutter contre la marchandisation des savoirs, le brevetage du vivant…
  5. Education : promouvoir les pédagogies alternatives, l’éducation en vue du développement durable, la participation dans les écoles, l’aide périscolaire pour tous, construire une école agro-écologique dans un agriparc
  6. Education populaire : faciliter l’accès aux savoirs, le partage de l’information, organiser des « journées banalisées »

J.  APPROFONDISSEMENT DE LA DEMOCRATIE

  1. Droit à l’information : rôle des médias, partage de l’information sur Internet, construction de sites collaboratifs
  2. Contre-pouvoir citoyen : rétablir la démocratie sur ses vrais fondements, la souveraineté populaire et la séparation des pouvoirs
  3. Participation citoyenne à la gestion des affaires publiques, à l'élaboration, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques publiques, à la fourniture des services publics, à la réalisation des projets sociaux
  4. Processus décisionnel à restructurer dans tous les secteurs qui nous concernent (économie, affaires sociales, budget, énergie, agriculture, transports…), introduire le système du tirage au sort pour créer des assemblées représentatives
  5. Charte citoyenne de la concertation : fixer des règles claires, préétablies, dégagées de l’arbitraire, concertation systématique en amont de tous les projets urbains
  6. Constitution communale écrite par les gens : garantie légale aux différentes formes de participation dans les prises de décision, les réalisations et l'évaluation, tirage au sort des assemblées représentatives
  7. Constitution nationale écrite par les gens : protection effective contre les abus du pouvoir arbitraire, contre-pouvoir citoyen, droit de pétition renforcé, référendum d’initiative populaire, mandat impératif
  8. Espaces publics participatifs : créer des espaces nouveaux pour la participation citoyenne, des outils d’information, de mobilisation et de recueil des opinions, différents modes de participation, différentes méthodes délibératives
  9. Assises citoyennes du PCET (Plan Climat Energie Territoire) : mobiliser l'ensemble des acteurs concernés pour émettre des propositions concrètes, coproduire un plan d'actions, le faire adopter par la population, en assurer le suivi et l'évaluation
  10. Ressources et mécanismes financiers : moyens de mettre en œuvre les politiques concertées (fiscalité environnementale, taxe carbone…)
  11. Audit de la dette publique : moratoire, extraction de la dette illégitime, évaluation des dommages et intérêts dus par les banquiers délinquants
  12. Contrôle démocratique des fonds publics : Crédit Impôt Recherche, Grand Emprunt…
  13. Epargne citoyenne : orientation vers le Crédit coopératif, l’économie réelle et les projets d’intérêt collectif

K.  SOLIDARITE INTERNATIONALE

  1. Coopération Nord-Sud : initiatives locales pour une entente internationale, contre le système de la dette, pour l’aide aux réfugiés climatiques et autres populations déshéritées
  2. Création d’un lobby citoyen pour une autre politique agricole mondiale, la souveraineté et la sécurité alimentaire, l’approvisionnement de la planète en eau potable, face aux prédateurs de l’agro-alimentaire et aux spéculateurs du grand capital
  3. Réseaux internationaux de "cités viables" : échange d’expériences, coopération avec les villes des pays en développement…

Assises citoyennes du PCET

D’après la Charte de l’environnement de 2005, toute personne a le droit d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions ayant un impact sur l’environnement (art. 7). Au niveau des villes, ce sont les conseils consultatifs de quartier, issus de la loi de 2002 sur la démocratie de proximité, qui offrent une structure institutionnalisée de participation citoyenne à la prise de décisions.

Mme MANDROUX a elle-même souligné publiquement que les objectifs ne pourraient être atteints que par l’implication des habitants, acteurs du territoire, par leur adhésion au projet et leur engagement solidaire. La mobilisation de tous est la clé du succès. C’est la somme de nos choix individuels et collectifs qui détermine la possibilité de bâtir une ville vivable, verte et durable.

En effet, il apparait inefficace et coûteux d'imposer des mesures écologiques sans concertation, sans faire appel à la conscience et à la responsabilisation de tous. Quand les gens ne se sentent pas un minimum engagés, sans un maximum d'information et un minimum de pédagogie, on observe un phénomène de rigidité et d’inertie. On constate l’effet rebond... Nos petits gestes écolos ne suffiront pas.

La démarche participative est la clé du développement durable, capable de transformer nos prises de conscience en revendications et en actions, d'imposer aux prédateurs, aux décideurs économiques et sociaux, la volonté du plus grand nombre, le bon sens du citoyen, désintéressé, mû par l'intérêt général. La protection de l'environnement et de la biodiversité, les économies d’eau et d'énergie, la réduction et la gestion des déchets, le recyclage, c'est l'affaire de tous. Chacun de nous a un rôle à jouer dans les transformations nécessaires.

Cinq grandes finalités peuvent être distinguées : la lutte contre le changement climatique et la protection de l’atmosphère ; la qualité des milieux (déchets, eaux, sols) ; l’épanouissement des êtres humains et l’accès à la qualité de vie (éducation, culture, santé…) ; la solidarité entre les territoires, entre les générations ; les modes de production et de consommation responsables. On a tendance à ne considérer que le pilier environnemental, c’est-à-dire les deux premières finalités, et à négliger le pilier économique et le pilier social.

Nous suggérons de mobiliser l'ensemble des acteurs concernés, pour émettre des propositions concrètes, coproduire un plan d'actions, le faire adopter par la population et le conseil municipal, en assurer le suivi et l'évaluation.

La Conférence de citoyens est un dispositif ponctuel de démocratie participative. Il s’agit de confier à un groupe de citoyens profanes, représentant la population dans sa diversité, le soin de donner un avis collectif sur un enjeu d’intérêt général. Cet avis, construit autour de sessions de formation et de débat, a pour vocation à éclairer la décision publique.

Nous avons proposé un schéma de concertation: des "Conférences de citoyens PCET" débouchant sur des "Assises citoyennes du PCET".

Appel à projets - 26 mars 2012: appel-a-projets-2012-assises-du-pcet.docx appel-a-projets-2012-assises-du-pcet.docx
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×