Je marche dans la ville

Je marche dans la ville, la tête baissée, le cœur serré. Je ne peux pas m'empêcher de respirer et d'y penser. Impossible d'y échapper, de passer outre ce passé. Je ne cesse de ressasser, toujours la même litanie. On m'a volé ma vie, mes enfants... 
Je les ai ramenés chez leur mère. Ma fille Morgane, 11 ans, dont huit en fauteuil roulant; elle est tétraplégique depuis notre accident de la voie publique; c'était le 17 juillet 1998. Mathéo, mon Tito, avec ses 10 ans, il a vécu l'accident, le grand tournant, la suspension du temps, l'endormissement, le refoulement... Et Rafael, mon Boubouille, n'a pas encore deux ans. Pour lui, à chaque fois, c'est le même déchirement, la crise au prélèvement. Dès qu'il a senti que je devais y aller, me séparer de lui, il s'est cabré, raidi. Ses larmes ont jailli d'un coup, les brûlures de l'âme, et dévalé ses petites joues. Un torrent de larmes, puis les cris sont sortis. La crise de nerf. Il s'accrochait à moi, se débattait pour ne pas être emporté... Inutile de chercher l'apaisement: elle l'a pris de force. Rafael tendait ses bras en pleurant, en implorant ses parents. La porte s'est refermée sur moi. J'entends encore ses hurlements. Je suis resté là, abasourdi, impuissant. 
C'est avec son père que Rafael a développé son attachement sécure, pendant sa première année d'existence. Sa mère ne voulait pas s'en occuper. Toutes les nuits, sans exception, je me suis levé pour lui, pour le changer et lui donner son biberon. Je me plongeais dans son regard si profond, au plus profond des sentiments, dans l'infini, la nuit des temps. La pureté, l'innocence, la vacuité... Un monde nouveau s'offrait à nous, à moi, à lui surtout. L'envers du néant, l'univers à son commencement, l'éternel recommencement. Seul compte l'instant présent. Le passé est inconnu, révolu; l'avenir inattendu. Le temps n'est pas perdu, il n'est que suspendu. Ce qui n'est pas n'existe pas. Il n'y a plus que lui et moi. Des étincelles de vie ont surgi du tréfonds de son être. Il prend conscience... et je suis là. 
Je ne suis pas prêt d'oublier tous ces moments privilégiés. 
A suivre.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×