Esplanade et Peyrou

Rappel des faits

- Semis au Jardindigné : tomates, courges, courgettes, aubergines, melons, concombres, cornichons, arroche, choux…

- Mardi 6 mai – 19h : 1ère réunion publique au kiosque de l’Esplanade – Apparition éclair au meeting des Verts – Appel à volontaires.

- Mardi 13 mai – 19h : 2ème réunion publique au kiosque de l’Esplanade – Appel à volontaires.

- Samedi 17 mai – 10h : appel à volontaires au jardin partagé des Arceaux lors de son inauguration – Gratiféria à partir de 11h : don de graines et de plants bio.

- Mardi 20 mai – 19h : 3ème réunion publique au kiosque de l’Esplanade – Les potageurs décident de passer à l'action. Ramène qui peut des outils (arrosoir, bêche, pioche, houe...), des graines, des piquets pour les tomates, à boire et à manger, des pancartes pour s'exprimer...

- Samedi 24 mai – à partir de 14h : Gardenblitz du Peyrou, sur les lieux du départ de la « Marche contre Monsanto ». Beaucoup de participants. Environ 200 plants repiqués (tomates, courges, aubergines, blettes, melons, arroche, tournesol...).

- Lundi 26 mai – 10h : Défense du bien commun – Les jardiniers de la Mairie ont découvert avec surprise le potager de la résistance. Une vigie nous a prévenu. Nous avons débarqué. A force d’arguments et de volontés, décision est prise de ne pas arracher . En effet, après avoir créé un bien commun, il faut le défendre, le protéger, en prendre soin. Il faut le faire vivre, l’entretenir, le gérer collectivement. Il faut continuer de semer, planter, repiquer, désherber, pailler et arroser de façon raisonnée.

- Dimanche 1er juin – dès 5h : Gardenblitz de l’Esplanade – Confrontation avec la police municipale : après une heure de tergiversations, décision est prise de ne pas nous déloger.

- Lundi 2 juin : le jardin éclair de l’Esplanade est dévasté.

- Mardi 3 juin : reconstruit, paillé, arrosé, il sera de nouveau vandalisé. Nous avons voulu porter plainte pour dégradation d’un bien commun, au commissariat de police de la Comédie. En vain : le policier de garde, convaincu de l'irrecevabilité de cette plainte, n'a pas voulu la recevoir.

- Dimanche 8 juin – 15h : réunion publique préparatoire à la rencontre avec l’élu – Formulation précise de nos revendications.

- Mardi 10 juin – 15h30 : rencontre avec un élu, le directeur des parcs & jardins et des incroyables comestibles. Ces derniers ont un projet d’autonomie alimentaire 2018. Convergence des luttes ?  

- Samedi 21 juin: fête de la musique au jardin citoyen. Pas de dégât, le lieu est respecté.

- Jeudi 24 juillet: destruction du jardin citoyen par la "force publique".

Ils l'ont fait. Ils l'ont défait. Ils ont montré de quoi ils sont faits. Ils ont détruit le bien commun, le jardin citoyen du Pêyrou. Ils ont attendu que nos ef...forts aient fructifié pour chasser la vie de leur pré carré, pour nous couper l'herbe sous le pied.
Ils ont montré qu'il ne fallait pas compter sur eux pour porter le changement, aller de l'avant et protéger l'environnement.
Ils ne pouvaient pas accepter qu'un tel lieu puisse exister, qu'il soit respecté, entretenu, partagé, quand tout est fait pour nous diviser, nous atomiser, nous empêcher de nous organiser et de nous entraider. Un lieu où l'on pouvait faire société, inventer de nouvelles raisons de vivre et d'espérer, de nouvelles façon d'exister, d'habiter, de cultiver, de manger ou de se soigner, mais qu'ils ne pouvaient pas contrôler. Un lieu qui disait non à la fatalité, au fait accompli, à l'absurdité de l'ordre établi, à la logique du profit maximum à tout prix. Un lieu capable de montrer ce qui est et ce qui devrait être. Un lieu où chacun est traité comme un citoyen, et non comme un chien. Un lieu de sensibilisation et de résistance à leurs manigances, un lieu qui renonce à l'indifférence. Ils n'ont pas pu accepter qu'on remette en cause leur autorité, leur légitimité. 
De notre côté, le défi a été relevé. Nous avons démontré que l'on pouvait et que l'on devait faire quelque chose. Autrement ils vont continuer de nous empoisonner, de nous désintégrer, de baîllonner la citoyenneté, manipuler, mentir, avilir l'humanité. Le progrès n'ira pas de soi... 

Revendications 2014

1.Accès à la terre pour une agriculture vivrière, bio-écolo, économe en eau, afin d’alimenter la population en produits frais et de qualité (maraîchage local). Mettre à disposition des terrains vacants pour des jardins partagés. Identifier les sites potentiellement cultivables (écoles, toits, parcs, espaces publics, friches urbaines et périurbaines…). Voir cadastre. Appel aux propriétaires privés souhaitant prêter une partie de leurs terrains.     

2.Création de collectifs, de groupes d’habitants solidaires. Appel à tous les volontaires pour cultiver la terre. Campagne de communication. Organisation d’un forum ouvert (au Peyrou).      

3.Jardin citoyen du Peyrou : en faire un outil de sensibilisation, de mobilisation, d’expérimentation solidaire.     

4.Création d’un organisme de conseil pour la coopération en agriculture biologique : aider les agriculteurs et les viticulteurs à passer au bio.    

5.Montage d’un atelier-création de jardins vivriers. Elaboration collective du projet, de A à Z : tous investis, sur un pied d’égalité, tous responsables et motivés. Groupe de soutien technique (gestion de l’eau, toilettes sèches, compost…). Développer le concept de jardindigné, lieu de culture et de convivialité.    

6. Gouvernance citoyenne de l’eau et autres biens communs. Développer une véritable politique d’économies d’eau, de maîtrise de la demande et de récupération de l’eau de pluie.    

7.Composts urbains, dans tous les quartiers. Fertilisation des jardins vivriers et production de biogaz.    

8.Banque citoyenne de semences. Prêts coopératifs de semences (gratuits), issues de la biodiversité locale, adaptées aux sols et aux climats.     

9.Démocratie directe/participative. Concertation avec les habitants sur tous les sujets d’intérêt public. Lieu dédié à la démocratie locale : Pavillon populaire. Revoir le fonctionnement et les outils des Conseils Consultatifs de quartier (tirage au sort).    

10.Financement par l’abandon de grands projets inutiles imposés (GPII) et/ou des aides publiques. Recentrage des dépenses sur les besoins réels de la population.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site